09 54 27 36 71 ÉCRIVEZ-NOUS SUIVEZ-NOUS
SUR LES RÉSEAUX
nous attendons votre appel agencea2p.patria.conseil@axa.fr
prise de notes

La SELARL, pourquoi tout le monde en parle ?

 548 vues

À l’installation en libéral, on cherche par tous les moyens à gagner du temps sur la partie administrative, et par conséquent, à aller au plus simple ! Le conseil de l’ordre vous indique les étapes nécessaires à l’installation mais omet de vous parler de tout ce qui se rajoute et notamment le choix de votre statut et l’impact social qui en découle.

Ce type de décision a des répercutions parfois très lourdes sur le quotidien et il est important d’être bien accompagné pour éviter les erreurs. Heureusement, le statut juridique du professionnel peut évoluer à tout moment et on peut donc envisager de corriger ses choix de départ.

En libéral, même si vous êtes économe, l’administration fiscale n’en tiendra pas compte. La trésorerie que vous gardez précieusement sera donc imposable au même titre que votre rémunération personnelle !  

complexité administrative

Quels sont les avantages de la SELARL ?

Le premier intérêt de ce statut est donc de limiter la fiscalité : je ne suis imposé que sur ce que je prends réellement et je peux donc adapter ma rémunération à mon quotidien et ainsi utiliser la trésorerie restante pour d’autres projets personnels ou professionnels (patrimoine immobilier, préparation à la retraite, acquisition de matériels… etc.). En limitant ma rémunération, je limite également mes charges sociales !

Le deuxième avantage, tout aussi intéressant que le premier, c’est la maîtrise des charges sociales : j’anticipe mieux ma trésorerie et j’ai une vision plus claire de ma couverture sociale. Les charges sociales ne seront plus calculées en fonction de mon bénéfice mais en fonction de la rémunération que je perçois. Si je diminue ma rémunération, je diminue mes impôts et mes charges sociales. De nombreux professionnels cherchent à augmenter leur chiffre d’affaires non pas pour augmenter leur niveau de vie mais principalement pour faire face à une évolution de leur fiscalité ou charges sociales. L’impôt généré par les revenus supplémentaires peut atteindre 45% du montant encaissé !

Un troisième levier s’ajoute aux précédents : cette opération permet, si vous le souhaitez, de récupérer de l’épargne pour d’autres projets (préparation à la transmission, apport sur un projet immobilier, placements, trésorerie de confort… etc.). En effet, si vous étiez déjà installé précédemment en libéral, vous vendez votre patientèle à cette nouvelle structure, et un emprunt peut être sollicité afin de réaliser la transaction (l’emprunt peut également inclure les différents frais de constitutions et permettre de rembourser les prêts professionnels initialement souscrits à titre personnel).

Qu’en est-il des inconvénients de ce statut ?

Faire le choix de s’installer en SELARL ou de développer son activité avec ce statut peut donc paraitre très attractif. Cependant, il s’adresse de manière générale à des professionnels qui dégagent un BNC de plus de 70 000 € par an, avec un chiffre d’affaires supérieur à 150 000 € par an ou qui ont vocation à dépasser ces seuils.

Ce choix de statut nécessite d’être bien accompagné et suivi régulièrement pour équilibrer correctement la rémunération de gérant et la prise de dividendes, en fonction de ses projets personnels et professionnels.

Financièrement, le choix de ce statut nécessite des frais de constitution et une facture comptable plus importante, mais qui seront très vite amortis par les différentes économies réalisées dès la première année.

Optimisations intéressantes :

– 1 –
Limiter l’impôt sur les sociétés à 15%
(38 120 € de bénéfices – puis 28% jusqu’à 500K€) 

et se verser 10% du capital social en dividendes (pas de charges sociales)

– 2 –
Rallonger sa franchise sur son contrat de prévoyance en conservant de la trésorerie, et ainsi réduire le coût de sa cotisation

CONSULTEZ PLUS D'ARTICLES
SUR CE SUJET

int(24)
prise de notes

La SELARL, pourquoi tout le monde en parle ?

À l’installation en libéral, on cherche par tous les moyens à gagner du temps sur la partie administrative, et par conséquent, à aller au plus simple ! Le conseil de l’ordre vous indique les ...